Archives par mot-clé : Récupération

0

Comment accélérer sa récupération en musculation ?

POUR NE LOUPER AUCUN ARTICLE, CLIQUEZ ICI.

Il existe beaucoup de choses pour accélérer sa récupération, notamment le fait de commencer par faire ce qui nous convient en terme d’exercice plutôt que de copier le voisin. C’est la, la base de la Méthode SuperPhysique (apprendre à s’analyser morpho-anatomiquement) parce que comme beaucoup, j’ai pendant longtemps agi par rapport aux on-dits non par rapport à moi-même, par méconnaissance mais aussi et surtout à cause de mon ego.

Je partirais donc du postulat que vous faites déjà les bons exercices pour vous et que vous faites donc de la prévention active.

N’ayant pas une énergie illimitée, ce qu’il faut déjà comprendre, c’est que chaque exercice, chaque activité que nous faisons nous fait dépenser cette énergie. Et plus nous en dépensons, plus il faudra ensuite de temps pour la récupérer à 100% voir la dépasser (Surcompensation).

Ainsi, lorsque nous faisons une séance de musculation, nous empiétons sur notre énergie. Puis si nous recommençons le lendemain en faisant un autre muscle comme c’est le cas classiquement, nous allons encore empiéter sur notre énergie.

Croire que la récupération n’est que locale est une erreur car chaque effort met en marche l’ensemble de notre corps comme le système immunitaire, hormonal…

Maintenant, pour en revenir à la question de base : Est ce que faire un effort très léger le lendemain d’un effort intense pour ce même muscle va accélérer sa récupération ?

Je ne parle pas de faire des rappels qui n’ont aucun intérêt et dont nous avons déjà parler ensemble sur SuperPhysique.

Je parle, à l’instant, de ce que l’on voit parfois en sport de faire un footing léger le lendemain d’un gros match ce qui pourrait s’apparenter en musculation à faire des séries très légères sans forcer les jours qui suivent pour accélérer sa récupération locale.

En théorie, cela est productif.

Par contre, dans la pratique, je pense qu’il existe bien d’autres choses à faire pour accélérer sa récupération musculaire et qui sont moins bien traumatisants comme la pratique des auto-massages, des étirements, des séances de relaxation ou encore de l’électro-stimulation.

D’ailleurs, cela me rappelle des souvenirs quand j’avais testé pendant plusieurs mois les effets de l’electro-stimulation pour mieux récupérer, partant sur le principe dont on parle.

Et à l’inverse de la théorie, j’avais surtout remarqué que cela me fatiguait bien plus que cela ne m’aidait à récupérer de mes efforts en musculation comme si cela empêchait mon “énergie” de revenir au complet, que j’en dépensais plus que ma vitesse de reconstitution ne me le permettait malgré un effort très faible (Je simplifie volontairement).

Alors je te dirais qu’en théorie, c’est top mais qu’en pratique, je n’ai pas eu ce retour personnellement comme toutes les personnes à qui j’ai fait tester à cette période.

Mon conseil serait donc plutôt de ne pas rester inactif les jours qui suivent un effort intensif comme un entrainement de musculation pour progresser (VOIR ICI) et de bouger par la pratique d’auto-massages et d’exercices de mobilités. Ca t’aidera vraiment sans “retaper” sur tes muscles et tes articulations.

Il faut donc un effort vraiment très très faible pour que celui-ci accélère ta récupération et ne la ralentisse pas.

SI VOUS DÉSIREZ ALLER PLUS LOIN SUR LE SUJET, CECI DEVRAIT VOUS INTÉRESSER.

0

Ce qu’il faut savoir avant toute chose, c’est que nous sommes, chacun à notre niveau, unique.

C’est à dire que nos besoins sont différents de notre voisin, de nos amis.

C’est pourquoi je ne peux pas vous donner un nombre d’heure exact à dormir qui garantirait une bonne récupération.

Les besoins en sommeil sont donc individuels.

Personnellement, j’ai besoin d’environ 8 à 9 heures de sommeil pour être en forme pour mes entraînements de musculation.

Il peut m’arriver de dormir moins mais cela fini par se répercuter sur ma forme à force d’accumuler du sommeil en retard.

Je connais aussi des personnes qui ne dorment que 6 heures par nuit et qui sont en forme tout comme d’autres qui ont besoin de plus de 10 heures pour l’être.

C’est pourquoi vous êtes le seul à savoir de combien de sommeil dont vous avez besoin pour bien récupérer et ainsi progresser au mieux en musculation.

On en revient donc, encore une fois, à la nécessité d’apprendre à se connaitre pour atteindre, au final, ses objectifs.

Si vous désirez gagner du temps sur votre progression en musculation et ne pas vous blesser, n’hésitez pas à vous procurer MES FORMATIONS.

Enfin, n’oubliez pas de vous procurer mon EBOOK GRATUIT ICI.

0

EXTRAIT de ma NEWSLETTER #162 : Abonnez-vous 

J’avais déja abordé ce sujet dans l’article référence : Les AUTO-MASSAGES en musculation

Très clairement, il n’existe aucun moment où les auto-massages ne sont pas indiqués et ne vous feront pas de bien sauf si vous êtes blessés, que vous vous êtes faits une déchirure.

En dehors de cela, que ce soit avant l’entrainement, pendant l’entrainement, après entrainement, avant de s’étirer, en dehors de toute séance sportive, les auto-massages vont vous permettre de prévenir un nombre incalculable de douleurs et de possibles futures blessures.

En nous aidant à mieux nous échauffer, à lutter contre les adhérences et les triggers points et ainsi à améliorer le fonctionnement de nos muscles et de notre musculature dans son ensemble, nous allons mieux récupérer, mieux progresser.

Beaucoup rigolaient lorsque les auto-massages sont apparues en France via Christophe Carrio. Certains rigolent encore mais cela ne va pas durer, c’est une certitude.

Lorsque l’on teste pour la première fois les auto-massages, on découvre immédiatement leurs bienfaits, on les sent tout de suite au point de ne plus pouvoir s’en passer.

Si on les néglige, on sent rapidement que l’on est pas au mieux de ses capacités alors qu’auparavant, on croyait l’être.

Ce n’est pas pour rien que j’ai fait fabriquer ma BALLE de MASSAGE SuperPhysique ainsi que le ROULEAU à PICOT ; c’est parce que je suis convaincu du bienfaits des auto-massages et que si vous n’en faites pas aujourd’hui, vous avez tout intérêt à vous y mettre pour atteindre vos buts.

Dans mes PROGRAMMES / FORMATIONS, je montre (entre autre) avec précision comment masser chaque partie du haut du corps qui pourrait vous tirailler, pourquoi la masse ainsi et surtout quand en priorité pour en tirer le maximum de bénéfices.

Car évidemment, nous n’allons pas passer notre journée à nous masser. Il va vous falloir faire des choix en fonction au détriment d’autres, pour le mieux.

De base, je vous conseille de vous auto-masser à l’échauffement et avant de vous étirer. Ce sera un un bon début. Vous verrez de toute façon que vous avez à masser plus certaines parties que d’autres, à insister à des endroits précis quand vous pourrez faire l’impasse sur certains.

Mais surtout, auto-massez vous ! Votre corps vous remerciera et vos progrès n’en seront que démultipliés à moyen et long terme.

Ensemble, nous allons progresser, FIGHT FOR IT !