• Nov
  • 21
  • 2018
15

Les séries longues pour prendre du muscle sont rarement vues d’un bon œil.

La plupart du temps, on les associe, à tord, à la période de sèche et non à la prise de masse musculaire. On pense qu’elles permettent de mieux dessiner nos muscles, de mieux faire apparaître certains détails.

C’est le pourquoi de cet article, vous expliquer pourquoi les séries longues sont plus efficaces que les séries courtes pour prendre du muscle (Oui, vous avez bien lu).

Attention, ça va chauffer.

1 – Les séries longues pour prendre du muscle – Définition

Les séries longues pour prendre du muscle
Les séries longues pour prendre du muscle – On parle de combien de répétitions ?

Les séries longues pour prendre du muscle se définissent à partir de 12 répétitions par séries.

Habituellement, en musculation, nous réalisons des séries entre 6 et 10 répétitions, 10 répétitions étant défini par l’idéal par de « nombreux spécialistes ».

Au delà, on considère qu’il s’agit d’une série longue et c’est donc moins efficace pour accroître sa masse musculation.

A partir de 12 répétitions et jusqu’à 100 répétitions, nous pouvons donc considérer qu’il s’agit de séries longues pour prendre du muscle.

2 – Les séries longues pour prendre du muscle – En théorie

Les séries longues pour prendre du muscle sont une hérésie pour une majorité.

En effet, dans les diplômes BPJEPS pour devenir coach et/ou professeur de musculation, il est expliqué qu’au delà d’un certain nombre de répétitions par série, cela devient totalement inefficace pour faire grossir nos muscles.

Ces « explications » proviennent de conclusions générales issus de la littérature de la préparation physique datant des années 1960 et qui sont répétés inlassablement décennies après décennies.

On nous y explique alors comment les séries longues ne permettent pas de faire grossir les éléments contractiles du muscle mais surtout les éléments non-contractiles.

On parle alors d’hypertrophie sarcoplasmique, le sarcoplasme étant ce qui entoure les éléments contractiles du muscle à différencier, d’après ces « spécialistes » de l’hypertrophie des sarcomères ou myofibrillaires qui elles touchent presque exclusivement les éléments contractiles que sont l’actine et la myosine de nos cellules musculaires.

D’autres types d’hypertrophies sont également abordé comme l’hypertrophie vasculaire.

On trouve une justification à la pseudo-existence de la gonflette qu’aucun pratiquant de musculation sans dopage n’a encore vécu.

Ainsi, on oppose les séries courtes et les séries longues pour des objectifs différents, l’un faisant prendre du muscle et de la force, l’autre des réserves énergétiques (glycogènes) et de l’endurance.

On nous explique également que la longueur des séries déterminent les fibres musculaires qui sont recrutées indépendamment de l’intensité de l’effort.

La longueur des séries et donc les charges utilisées de manières objectives feraient que l’on solliciterait dans un cas les fibres « rapides », c’est à dire de type II ayant un réel potentiel de croissance musculaire quand dans l’autre cas, on solliciterait les fibres lentes de type I n’ayant que peu de chance de vraiment grossir.

Les choses sont claires : Impossible de prendre du muscle avec les séries longues !

Pourtant….

3 – Les séries longues pour prendre du muscle – La réalité

Si on ouvre un livre de physiologie sérieux, nous pouvons remettre en question toutes ces théories.

Premièrement, l’hypertrophie du sarcoplasme est proportionnelle à l’hypertrophie des sarcomères. Au mieux, elle peut varier d’un ou deux pour cent en raison d’un stockage excédentaire de glycogène à la suite d’un rebond glucidiques, ce qui, il faut le dire, n’est que très rare et passage. Cela dure tout au plus une journée ou deux.

Deuxièmement, la charge que l’on utilise détermine certes un recrutement préférentiel des différents types de fibres musculaires mais elle n’est pas le seul facteur qui l’influence. La vitesse des répétitions, le fait d’être explosif ou lent, l’intensité des séries, c’est à dire le fait de forcer plus ou moins, influent également grandement sur le recrutement musculaire.

Ainsi, il a été démontré par la science que lorsque l’on manipule des charges équivalentes à 30% de son maxi pour une répétition à vitesse maximale comme lors d’un effort plyométrique, les fibres de types II sont recrutées en premier (Savez-vous d’ailleurs pourquoi on utilise le terme de fibres rapides ? Parce qu’elles se contractent plus rapidement !).

De plus, même si la charge est légère, relativement parlant pour nous, le fait de forcer jusqu’à l’échec ou presque (Cf cet article) nous fait recruter nos fibres les plus grosses, c’est à dire, encore une fois, notre fibres rapides.

Cela signifie donc que la gonflette n’existe pas et qu’il n’est pas possible d’ailleurs, pour un individu naturel en musculation, de prendre du muscle sans prendre de la force de manière associée en séries moyennes et longues sur des exercices appropriés à sa morpho-anatomie (Plus d’explications).

En clair, des âneries sont répétées années après années sans vérifier ses sources, un comble, non ?

4 – Les séries longues pour prendre du muscle – Pourquoi sont-elles donc plus efficaces ?

Lorsque l’on est un pratiquant de musculation sans dopage, on ne peut prendre du muscle sans progresser régulièrement à chaque séance, c’est la fameuse notion de progrès.

Ainsi, si on analyse le pourcentage de progression à gagner pour ajouter une répétition entre une série courte de 6 répétitions et une série longue de 15 répétitions par exemple, on se rend compte qu’il est plus facile de le faire si la série est longue.

Comme à partir d’un niveau que j’appellerais « plateau« , c’est à dire le niveau à partir duquel les progrès « rapides » du débutant n’existent plus, les progrès se font plus difficiles pour chacun et alors les séries longues pour prendre du muscle deviennent une excellente façon de pouvoir continuer progresser sur le moyen et long terme quand la montée des charges de séances en séances ne devient plus possible.

Il est facile de comprendre et surtout de s’en rendre compte qu’à partir d’un moment, il n’est plus possible de rajouter des kg sur la barre à chaque séance.

C’est à ce moment que les séries longues pour prendre du muscle prennent tous leurs sens.

De plus, elles permettent de réduire le risque de blessure car les charges sont moindres et plus contrôlables, en dehors des risques par rapport à la sélection des exercices qui ne nous conviendraient pas morpho-anatomiquement parlant (Pour voir les meilleurs exercices en fonction de votre morpho-anatomie).

réaliser son programme en musculation

Enfin, une autre idée dont nous n’avons pas parlé concerne l’idée saugrenue que l’allongement des séries feraient perdre du muscle mais cela provient une nouvelle fois de l’incompréhension des efforts en anaérobie et en aérobie (« endurance »), ces derniers n’existant pas en musculation.

Concrètement, les séries longues pour prendre du muscle permettent de continuer à progresser de séances en séances car elles demandent un pourcentage plus faible de progression à chaque séance en comparaison des séries courtes tout en réduisant le risque de blessure qui augmentent au fur et à mesure que les charges soulevées augmentent.

Que demandez de plus ?

5 – Les séries longues pour prendre du muscle – Qui doit en faire ?

Pourtant, tout le monde ne doit pas faire des séries longues pour prendre du muscle.

Premièrement, si vous débutez la musculation, l’utilisation des séries longues risquent de perturber le bon apprentissage de vos exercices, ce que l’on appelle l’apprentissage moteur (Plus d’informations à ce sujet).

Les séries longues demandent une certaine capacité de concentration qui n’est pas encore possible lorsque l’on est un débutant en musculation ; on risque alors de mal apprendre ces exercices ce qui est préjudiciable pour vos progrès futurs et votre sécurité.

C’est pourquoi je recommande l’utilisation de séries traditionnelles, c’est à dire de 6 à 10 répétitions au moins jusqu’au niveau Bronze du Club SuperPhysique pour commencer.

Deuxièmement, tous les exercices ne se prêtent pas à l’utilisation des séries longues, notamment les exercices poly-articulaires pour lesquels, les séries longues exploitent majoritairement les muscles secondaires plutôt que prioritaires.

C’est pourquoi en fonction du type d’exercice et de votre morpho-anatomie, c’est à dire de votre combinaison de points forts / faibles, il peut ne pas être avantageux de faire des séries longues sur certains exercices (Vous pouvez voir les fourchettes de répétitions que je recommande en fonction des exercices ici).

analyse morpho-anatomique
Troisièmement, en fonction de votre caractère, c’est à dire du type de fibres musculaire dont vous êtes pourvues majoritairement et qui est principalement déterminé par votre génétique (Il est très difficile de convertir des fibres lentes en fibres rapides tandis que l’inverse se fait facilement), vous pouvez mal réagir aux séries longues dans un premier temps.

Dans ce cas, il conviendra de privilégier les séries courtes tout en introduisant doucement des séries de plus en plus longues afin de vous y faire et de pouvoir bénéficier de leurs avantages.

Si, maintenant, vous êtes un pratiquant de niveau intermédiaire et plus, alors vous risqueriez bien de progresser au delà de ce que vous croyez possible en vous mettant aux séries longues pour prendre du muscle.

6 – Les séries longues pour prendre du muscle – Quels exercices ?

Tous les exercices ne se prêtent pas à l’utilisation des séries longues pour prendre du muscle.

Nous pouvons classer les exercices de musculation en 3 catégories distinctes qui sont :

  • Les exercices de base qui exploitent la relation tension-longueur des muscles bi-articulaires
  • Les exercices poly-articulaires qui sont souvent pris à tord pour des exercices de base et qui sollicitent plusieurs groupes musculaires en même temps
  • Les exercices d’isolation qui, comme leurs noms l’indiquent, isolent (enfin, essaient car aucun exercice n’isole parfaitement sans faire intervenir d’autres muscles, même de manière minime) le travail d’un muscle.

En fonction de votre catégorie morpho-anatomique (Pour déterminer la vôtre), les exercices des deux premières catégories peuvent ne pas être du tout adapter à l’utilisation des séries longues.

Par exemple, si vous avez un haut du corps de type « sauterelle » avec les triceps en point faible (faible longueur musculaire), ils seront le facteur limitant de tous les exercices de base et poly-articulaires, c’est à dire que dès que le nombre de répétition va augmenter, ils seront prioritairement recrutés au détriment des pectoraux ou des deltoïdes sur les exercices de développé ne permettant alors pas de travailler ces derniers comme cela est votre but avec l’utilisation de ces exercices en théorie.

Un Feedback intéressant pour vous le prouver est la brûlure locale que vous pouvez ressentir si vous vous retrouvez dans ce cas de figure. Vos triceps sont ceux qui seront responsables de l’arrêt de votre série de développé couché et non plus vos pectoraux.

Vous devez savoir que dans les exercices où plusieurs muscles sont réellement parties prenantes, c’est à dire moteur, ils existent une compétition de recrutement entre eux, une compétition dont on peut d’emblée déterminer le résultat en réalisant son analyse morpho-anatomique (Plus d’informations).

A l’inverse, les exercices d’isolations se prêtent parfaitement à l’utilisation des séries longues pour prendre du muscle pour mieux sans avoir besoin de recourir à l’analyse de son physique au préalable.

Malheureusement, il n’est pas possible de faire une liste d’exercices universel pour lesquels les séries longues seraient plus efficaces car cela dépend de chacun comme vous l’avez compris.

C’est la non-présence de facteurs limitants secondaires qui permet d’affirmer qu’elles sont plus efficaces sur un exercice, laissant alors le muscle prioritaire être le seul à être travaillé ou presque.

7 – Les séries longues pour prendre du muscle – Mon expérience

Ceux qui me suivent depuis des années savent que je m’entraîne régulièrement en séries longues pour prendre du muscle, c’est à dire que je n’hésite pas à réaliser parfois 15, 20, voir 30 répétitions et plus sur certains exercices afin de progresser.

Le vrai problème des séries longues n’est pas tant l’image qu’elles ont que la difficulté qu’elles imposent.

En effet, lorsque l’on fait des séries courtes, habituellement entre 6 et 10 répétitions, l’effort s’arrête parce que nous manquons de force. Nous n’avons que peu de sensations.

Mais lorsque l’on fait des séries longues, l’effort ne s’arrête plus exclusivement par manque de force mais également par manque de tolérance à la douleur car oui ce type de séries fait mal (Un bon mal).

L’effort n’est plus stoppé uniquement ou presque par notre système nerveux mais par nos muscles et notre volonté, un facteur sur lequel nous pouvons agir.

Qui aujourd’hui, dans ce monde de la facilité où beaucoup croient que tous leur est du et qu’il ne faut pas souffrir pour réussir, sont prêts justement à souffrir, à serrer les dents et à continuer malgré tout ? Peu de personnes, j’en conviens.

C’est pourquoi les séries longues pour prendre du muscle, tout comme la progression sur le moyen et long terme, sont véritablement réservées aux personnes motivées de vraiment progresser.

Il ne faut également pas sous-estimer l’importance de l’ego lorsque l’on débute la musculation.

Car pratiquement personne, surtout lorsque l’on débute, n’a envie d’allégé les charges qu’ils utilisent.

C’est même plutôt la dérive inverse qui se produit progressivement : On se retrouve à faire des séries bien trop courtes pour la prise de muscle, voir même des maxi qui sont inutiles et dangereux quelque soit l’objectif visé.

Après avoir coaché plusieurs milliers d’élèves depuis 2006 (Pour voir comment devenir mon élève), mon expérience m’a démontré que l’on progressait mieux en séries moyennes et longues à partir d’un moment parce qu’elles réunissent les 3 facteurs de l’hypertrophie musculaire lorsque l’on est un pratiquant de musculation sans dopage comme nous vous l’expliquons dans ce Podcast :

Alors, ça fait mal physiquement et psychologiquement mais qui a dit que progresser serait facile ?

8 – Les séries longues pour prendre du muscle – Conclusion

Dans la majorité des cas, les séries longues pour prendre du muscle sont plus efficaces pour le pratiquant intermédiaire et confirmé de musculation sur les exercices d’isolations ou semi-basiques.

Elles peuvent ne pas convenir dans un premier temps en fonction du caractère de chaque individu, de ses antécédents sportifs et de sa morpho-anatomie sur certains types d’exercices.

Néanmoins, après un petit temps d’adaptation, mon expérience après avoir coaché plusieurs milliers de personnes, m’a démontré qu’elles étaient réellement plus efficaces sur le moyen et long terme pour toutes les raisons énoncées.

Enfin, vous l’aurez peut être déjà compris mais les séries longues ne permettent pas de mieux sécher ou de faire apparaître plus de détails musculaires. Vous retrouverez plus d’informations dans cet article sur la sèche.

En espérant vous avoir éclairé à y voir plus clair sur les séries longues pour prendre du muscle.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la Méthode SuperPhysique, je vous invite à poursuivre.

 

15 commentaires

  1. Un très bonne article rudy 🙂 je pratique la muscu depuis 6 ans maintenant,et jai toujours travailler en série longue.
    Avec de très bon résulta.
    Les personnes qui dise le contraire ;):p !!!! 

  2. Dans ma salle je vois beaucoup ca dès que tu fais 13 reps et qu’un gars a compté ta série t’entends arrête vite tu vas sécher.
    Le volume c’est 12 reps, la masse 8 reps, la force 6 reps, l’endurance 15 reps, quels clichés de merde… Après tu t’étonnes que les gars en salle stagne en permanence.

    Super article rudy!

  3. Je trouve ça très con.
    Y’a pas de règles.
    Pour Rudy, ça a marché comme ça, pour certains de ses élèves aussi tandis que pour d’autres ça ne marchera pas.

    On verra toujours des BodyBuilders Pro nous raconter que les séries courtes c’est mieux et toujours d’autres pour nous dire le contraire.

    Et puis, faire des séries trop courte c’est de la gonflette.

  4. Et je dirais même que c’est intéressant dans le sens ou l’on manipule des charges moins lourdes, évitant ainsi plus de maltraitance articulaire, de blessures dû aux mauvaises exécutions etc.

  5. Absolument d’accord ! Merci pour l’article ! Surtout le second point, une fois passé aux séries longues, avec patiente et détermination j’approche de ce que je faisais en lourd !

  6. En fait, c’est le moyen le plus pratique et physiologique de progresser. Ajouter du poids régulièrement sur une série de 8-12 est beaucoup plus dur que de rajouter une répétition d’une séance à l’autre.
    En ce qui me concerne, avec Rudy, j’ai toujours progressé et je semble sans “limite” en adoptant les séries longues (parfois 50 rep aux mollets et 40 au triceps!)sur quasi tous les exos (sauf soulevé de terre). Et je rajoute du poids (de 0.5 à 1 kg, 5 kg pour presse à cuisse) aussi dès que j’ai atteint mes objectifs de nombre de répétitions.
    Quant à dire qu’avec les séries longues, on sèche et ne prend pas de volume c’est une erreur: j’ai grossis en muscle et séché en même temps! Demandez au coach!

  7. J’ai une question pour toi rudy, les series longues font prendre du muscle certe, mais ne sont pas adapté a un programme prise de masse je me trompe ??

  8. Salut à tous,

    C’est un des premiers principes que j’ai appliqué en faisant de la musculation, puisque j’ai commencé en ayant SP comme référence !

    Je fais maintenant des séries longues pour mes exercices d’haltérophilie, 15-18 reps et cela est vraiment intéressant pour progresser à chaque séance et ne pas se frustrer !

    A bientôt

  9. Y a pas de questions à se poser, le fait de rallonger ses séries vient en s’entraînant, on ne choisit pas de le faire, ça vient tout seul avec les sensations, les charges qui deviennent très lourdes (pour, à part les mouvements de base, des mouvements pas tellement adaptés pour des grosses charges).

    Si vous vous posez la question “dois-je rallonger mes séries ?” je pense qu’il est trop tôt pour le faire, si vous le “sentez”, alors c’est le moment.

  10. Bonjour, merci pour les conseils! Je suis débutant alors désolé pour la question simpliste: j’ai fait du jogging avec un ami et il insiste sur le fait que courir longtemps “asséche” et qu’il veut prendre du volume, donc il fait des séances courtes mais intenses. Est-ce que le volume est égal à puissance? Ou il ne sert à rien de faire des séances courtes?

  11. Merci encore pour cet article coach ! J’arrive après cinq mois de prise de muscle à un niveau intermédiaire/avancé et je commence déjà à ressentir le ralentissement des performances. Pour l’instant, je peux rester dans une fourchette de 6-12 répétitions et progresser de deux répétitions à chaque séance en moyenne.
    Je me posais déjà la question de savoir comment j’allais faire après, quand je stagnerais sur cette plage (puisque cela arrivera forcément sur au moins un exercice). Grâce à toi, je le sais ! =D

S'il vous plait Connexion - Login pour poster un commentaire