L’AMNESIE MUSCULAIRE en musculation

De nombreuses personnes souffrent de douleurs que la médecine ne sait expliquer.

Malgré une pléthore d’examens, ceux-ci ne décèlent rien d’anormal.

Pourtant, on souffre. Les spécialistes nous conseillent d’arrêter les exercices qui nous font mal mais on continue d’avoir mal.

Que faire ?

Rassurez-vous, vous êtes au bon endroit car je vais vous expliquer exactement quel est le problème et vous donner les solutions.

1 – Vidéo explicative

2 – Définition de l’amnésie musculaire

A force ne plus utiliser certains muscles, nous perdons nos facultés à les utiliser.

Par exemple, à force de rester assis, nous n’arrivons plus à utiliser nos muscles fessiers lors d’exercices censées les travailler.

L’amnésie musculaire des fessiers est d’ailleurs la plus connue et c’est de là que découle toute la littérature sur le sujet.

Amnésie musculaire
L’amnésie musculaire des fessiers est la plus connue

Mais d’autres muscles peuvent être touchés comme les muscles trapèzes, notamment les portions moyennes et inférieures, les pectoraux, tout muscle susceptible d’être inutilisé pendant une longue période.

Nos habitudes font oublier à notre cerveau, c’est à dire à notre système nerveux où se trouve certains muscles.

C’est comme si nous oublions le chemin nerveux, que nous perdions des connexions nerveuses. Il est aisé de comprendre qu’il va être impossible si l’on ne fait pas un travail de rééducation / renforcement musculaire de les utiliser à nouveau.

Il va falloir refaire ce que l’on appelle de l’apprentissage moteur.

L’amnésie musculaire est donc la perte de mémoire d’où se trouve un muscle dans notre corps et donc la perte de son utilisation.

3 – Ce qu’engendre l’amnésie musculaire ?

Lorsqu’un muscle censé se contracter et travailler est amnésique, d’autres muscles vont intervenir et réaliser le travail qu’il devrait.

C’est ainsi que l’on va surcharger progressivement ces structures tendineuses et articulaires en mettant en place des compensations parce que l’on n’arrive pas à utiliser conjointement tous les muscles qui le devraient et à répartir alors les tensions.

Si nous reprenons l’exemple de l’amnésie musculaire des fessiers, celle-ci peut engendre des douleurs au dos parce qu’il n’y a plus de muscle pour faire “tampon” et ce sont alors nos vertèbres qui absorbent toutes les pressions que nous leurs faisons subir au lieu d’être amorties par nos muscles fessiers.

Celle-ci peut également engendrer des douleurs aux genoux lors des exercices de flexions, tout comme l’amnésie du vaste interne du quadriceps et même restreindre la mobilité de cheville.

Vous devez savoir que l’on n’est jamais aussi faible que le maillon le plus faible de la chaîne (musculaire).

Autre exemple, si vous souffrez d’une amnésie des trapèzes moyens, il va être impossible de bien développer ses pectoraux sans générer des douleurs à l’articulation de l’épaule car la bonne position, c’est à dire avec la cage thoracique et les omoplates rétractées ne pourra se faire ou être maintenue.

C’est pourquoi l’équilibre agoniste-antagoniste, c’est à dire l’équilibre de part et d’autre d’une articulation est primordiale pour la bonne santé de celle-ci parce que si les tensions que l’on s’impose ne sont pas bien réparties sur toute la chaîne musculaire et tous les muscles qui devraient travailler, alors on dépasse ces capacités “d’encaissement”.

Si vous avez des douleurs et que les divers examens médicaux ne décèlent rien, c’est parce que votre problème est mécanique. C’est un problème d’activation musculaire, c’est un problème nerveux.

C’est souvent la même cause pour tous les problèmes de déséquilibres droite / gauche.

Il y a un ou plusieurs muscles qui ne s’activent pas alors qu’ils le devraient qui nous font alors compenser et surchargent les structures en jeu.

Personnellement, j’ai mis des années à le comprendre.

Je souffrais de douleurs aux épaules sans aucun signe d’atteinte. Personne ne pouvait m’aider puisque je n’avais rien, sic !

C’est ainsi que je me suis documenté, que j’ai fait des recherches pour comprendre ce que j’avais.

J’ai souffert de douleurs aux épaules pendant plus de deux ans pour finalement en venir à bout, en comprenant que le problème était mécanique et que certains muscles ne faisaient pas leurs boulots.

Je les ai travaillés ou plutôt, je les ais réveillés et depuis plus aucune douleur.

C’est ce qui m’a d’ailleurs conduit à réaliser la partie prévention et guérison de ma Formation SuperPhysique Epaules.

Si aujourd’hui, vous souffrez des épaules sans savoir pourquoi, je ne peux que vous conseiller de la suivre et surtout de l’appliquer pour ne plus avoir mal comme c’est mon cas (et celui de beaucoup d’autres, cf les commentaires).

disparition douleurs aux épaules

4 – Comment résoudre ce problème ?

Pour résoudre ces problèmes de douleurs récalcitrantes, de douleurs “invisibles”, il faut commencer par comprendre que nos muscles doivent travailler de concert pour réaliser un mouvement.

Nous ne sommes pas fait pour isoler un muscle des autres, du moins pas totalement.

C’est pourquoi même lorsque nous travaillons les biceps et que l’on pourrait penser que l’on fait de l’isolation pure en exécutant un exercice de flexion, cela n’est pas le cas.

Certains muscles des avant-bras interviennent, le brachial antérieur intervient, les muscles deltoides interviennent et même les pectoraux…

On entend souvent parler de gainage et on croit que cela se limite à la ceinture abdominale.

Mais le gainage est présent partout, dans tous les exercices de musculation. Quand on parle de muscles stabilisateurs, il ne s’agit pas de muscles exotiques que l’on ne connaîtrait pas, on parle de stabilisation, de gainage par les muscles que je viens de citer si nous reprenons l’exemple de la flexion de coude pour travailler les biceps.

Si l’un de ces muscles n’intervient pas alors qu’il le devrait, on surcharge tout le ‘”système“.

C’est pourquoi la solution est “simple” en pratique : Il faut faire un travail de renforcement musculaire local des muscles qui ne s’activent pas.

Par exemple, si vous avez mal aux genoux alors que les examens ne révèlent rien, vous devez commencer par travailler le vaste interne en faisant du leg extension et en maintenant la position 1 à 2 secondes en haut du mouvement sans aller chercher l’amplitude maximale lors de la phase négative.

Vous devrez faire ça à l’échauffement afin de sensibiliser votre vaste interne du quadriceps à être activé lors de vos exercices poly-articulaire comme la presse à cuisse ou le Squat.

Si vos douleurs ne diminuent pas progressivement au fil des semaines (Oui, il ne s’agit pas de ne faire qu’une séance pour faire disparaître une amnésie musculaire qui a mis des mois, voir des années à se mettre en place), alors il faudra tenter d’activer un autre muscle.

Cela peut être de localiser les moyens fessiers à l’aide d’abduction. Cela peut être d’activer les fessiers via des extensions de hanche comme, par exemple, avec le Hip Thrust. Cela peut aussi provenir d’adducteurs trop faibles…

Contrairement aux idées reçues qui circulent, la cause numéro un des douleurs n’est pas le manque de mobilité mais le manque de force.

C’est le manque de force locale qui génère des problèmes de mobilités et limitent l’amplitude de certaines articulations qui sont protégées par notre système nerveux qui réduit alors l’amplitude que l’on peut utiliser pour ne pas se faire mal.

La force que l’on pourrait exprimer par la notion de stabilité est la base du bon fonctionnement du corps, la mobilité et la souplesse n’intervenant qu’après car chercher à être souple, c’est à dire “mou”, sans avoir la capacité musculaire de tenir ces positions par la contraction de nos muscles est la porte ouverte à de graves blessures comme des entorses et arrachements ligamentaires.

Ainsi, pour lutter contre l’amnésie musculaire, il s’agit d’utiliser la stratégie que l’on utilise lorsque l’on souhaite rattraper un point faible en musculation, c’est à dire lui accorder la priorité en le travaillant en début de séance via des exercices localisés afin de le sensibiliser à être utilisé sur des exemples plus complexes réalisés lors de la séance.

C’est un travail de fond qui va mettre plusieurs semaines, à raison d’au moins 2 séances par semaine sur les muscles / exercices concernés, à agir mais où vous devriez sentir des améliorations au cours de chaque séance et au jour le jour pour progressivement voir vos douleurs disparaître.

5 – Conclusion sur l’amnésie musculaire

L’amnésie musculaire nous concerne bien plus que nous le pensons.

Si vous êtes comme moi, assis la majorité du temps pour votre travail, vous souffrez certainement de douleurs inexpliquées.

La résolution de celles-ci ne sont pas si compliques mais demande, en amont, de la réflexion, c’est à dire des connaissances anatomiques et biomécaniques et, en aval, un travail régulier afin de ne plus être amnésique.

Rien qui ne saurait être trop difficile si vous souffrez depuis longtemps, en avez marre et souhaitez prendre les choses en main.

J’espère vous avoir aidé à y voir plus clair et si jamais, vous souhaitiez en savoir plus ce que je recommande pour progresser en musculation sans produits dopants et sans se blesser (et pour guérir)  je vous invite à suivre ma Formation gratuite (sans engagement).

Elle devrait combler vos attentes et vous permettre de mieux progresser.

A bientôt pour un nouvel article,

Rudy

S'il vous plait Connexion - Login pour poster un commentaire

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.

Formation GRATUITE

Pour les pratiquants de musculation SANS DOPAGE

Please wait...

Thank you for sign up!

Ps : Si vous êtes dopés, merci de ne pas vous inscrire.