• Juil
  • 12
  • 2012

Progresser est-il une question d’endurance ?

Entrainement,
7

1

Je viens de finir de lire l’autobiographie du joueur de tennis Rafael Nadal. J’aime particulièrement lire des autobiographies aussi bien de sportif que d’hommes d’affaires, pas pour copier mais pour m’inspirer de ce qu’ils ont fait pour atteindre les sommets et me faire réfléchir par rapport à moi-même, mes projets, mon avenir…

J’ai beaucoup aimé dans ce livre la façon dont l’oncle de Rafael Nadal, Toni l’entraine. Il parle avant tout de l’entraîner à être endurant face à la douleur. Il fait ainsi exprès de lui rendre les entraînements plus difficiles qu’aux autres enfants du club et ceux dès l’âge de 4 ans pour qu’il puisse supporter encore plus de travail sans rechigner, que la “douleur”, la “souffrance” soit normale et qu’il l’accepte comme partie intégrante de sa vie de professionnel de Tennis.

Le parallèle avec notre pratique de la musculation se fait à plusieurs niveaux (selon moi) :

– Lorsque nous sommes dans une série et que nous “souffrons” pour réussir, nous devons accepter cette “souffrance”, qu’elle fasse partie du jeu et passer outre afin d’atteindre nos objectifs fixés avant la séance. Comprendre que souffrir parce que cela monte tout doucement, à la volonté ou que ca brule fait partie de l’équation et que vous devez l’accepter pour progresser.

– Lorsque nous persévérons des années pour atteindre notre but, le physique, la force que l’on désirait avoir. Il faut endurer des privations, des sacrifices (qui n’en sont plus une fois que l’on sait ce qu’on veut), tenir ces “souffrances” physiques plusieurs années pour réussir.

Ainsi, pour moi, réussir en musculation est donc bien une question d’endurance. On doit faire abstraction de la douleur, persévérer malgré les difficultés et ceux pendant très très longtemps.

Alors êtes-vous prêt à être endurant pour devenir énorme et sec ? 😀

 

rudy

A propos de Rudy

Rudy pratique la musculation sans produits dopants depuis plus de 13 ans et coach des centaines d'élèves chaque année. Il est aussi le fondateur des sites Superphysique.org, ClubSuperPhysique.org, Supermince.org et rudycoia.com.

7 commentaires

  1. En tant que kickboxeur,je confirme que sans souffrance on ne parvient pas à sortir du lot. Maintenant que j’entraîne des jeunes, je peux dire dès le départ qui peut devenir un bon combattant et qui restera à un niveau de base. En ce qui concerne l’endurance,je confirme aussi. Après 40 ans de pratique, elle me permet, encore actuellement de tenir tête” à des jeunes de 20 ou 30 ans!

  2. Salut Rudy,

    Je lis aussi pas mal d’autobiographies :
    – Arnold Shwartz
    – Steeve Jobs
    – Ets

    L’inspiration et la motivation que l’on en retire est sans égal et donne toujours un plus dans la vie question motivation, confiance et ambition !

    Sans se donner du mal, il est impossible de réaliser ses rêves 🙂

  3. Idée fort intéressante ! Toi qui semble aimer la NBA, je te conseille “the last season” de Phil Jackson. La philosophie de Master Zen pour entrainer des mecs comme les Kobe ou Shaq c’est, d’un point de vue mental surtout, assez exceptionnel 🙂

  4. Je pense qu’on a pas le choix.la muscu est un sport dur et il faut des sacrifices pendant des années pour y arriver. Donc oui la douleur et l’endurance doit obligatoirement faire parti de nous jusqu’à atteindre nos objectifs .on voit bien que les musculeux du soleil auront toujours le même physique (si on peut appeler ça un physique)par leur manque de souffrance et de régularité . Donc oui souffrez transpirez endurez!!

S'il vous plait Connexion - Login pour poster un commentaire