Archives par mot-clé : superphysique

0

Avec la démocratisation des Smartphones, de nombreuses applications de musculation sortent chaque année avec chacune leurs particularités.

Devant ces innombrables applications, laquelle utiliser ou plutôt que dois faire une application pour nous aider à mieux progresser ?

C’est à cette question que je vais tenter de répondre dans cet article.

1 – Que doit faire une application de musculation ?

Meilleure application de musculation

Vous n’êtes pas savoir qu’il est primordial de noter ses entraînement afin de savoir ce que l’on y fait et de déterminer ce que l’on va faire lors de la séance suivant.

Pendant des années, il était ainsi recommandé d’utiliser un cahier d’entraînement papier.

Je m’en souviens très bien puisque j’ai moi-même eu ces cahiers, du plus grand au plus petit (calepin) que j’amenais partout avec moi à la salle.

L’avènement du numérique doit donc d’emblée nous permettre de résoudre ce « problème » papier car vous comprenez tout aussi bien que moi, et c’est peut être pour cette raison que vous n’avez jamais noté vos entraînements et utiliser un cahier, que c’est particulièrement encombrant et peu pratique.

Il y a / avait toujours la solution de tout noter en rentrant chez soi avec de possibles oublis.

Il y avait et il y a toujours la solution des Forums de musculation pour partager son entraînement au sein de rubrique qui sont appelés cahier d’entraînement mais on se heurte alors au même problème de praticité (Toute fois, il y a des avantages en terme d’émulation collective non négligeable).

La première chose que doit faire une application de musculation, pour moi, est donc de remplacer notre cahier d’entraînement.

Comme nous avons toujours ou presque notre Smartphone avec nous, il y est facile d’y noter son entraînement, de pouvoir s’y référer.

La deuxième chose que doit faire une application de musculation, c’est de nous aider à construire notre programme.

Il y a tellement de programmes disponibles un peu partout qu’il est difficile de savoir lequel suivre.

Elle doit donc nous proposer des programmes en fonction de notre niveau et de nos disponibilités sans nous perdre en ayant trop de choix car plus on en a, moins on sait.

Idéalement, il faut préalablement que ces programmes aient été validés par un professionnel.

On gagne ainsi du temps et de l’efficacité.

Si on a déjà son propre programme et qu’il nous convient, on doit pouvoir le rentrer facilement, intuitivement.

Idéalement, il faut que chaque exercice soit imagé (en vidéo, c’est mieux) afin que l’on puisse regarder de quoi il est question afin de bien l’exécuter tout en ayant la possibilité d’en rajouter si, jamais, certains ne figuraient pas dans la base de données.

La troisième chose est qu’elle doit nous aider à progresser.

Jusqu’il y a peu, aucune application ne nous aidait à cela.

Application de musculation
On nous proposait de changer de programme aléatoirement, sans raison valable.

On nous proposait divers challenges n’ayant ni queues ni têtes parce que la tendance est à la gamification.

Une vraie bonne application de musculation doit nous dire quoi faire à chaque séance, à l’instar d’un bon coach :

  • Quels poids dois-je mettre ?
  • Quel temps de récupération dois-je prendre ?
  • Combien de séries, de répétitions dois-je effectuer ?
  • Comment m’échauffer ?
  • ….

Et cela à partir d’informations collectées à chaque séance qui vous sont demandées pour vous établir la séance suivante.

C’est ce que j’appelle personnellement les cycles de progression.

Ainsi, on est sur de progresser de séance en séance et à moyen et long terme parce qu’il n’y a rien de pire que d’être dans le flou quant au contenu de la séance suivante.

Si, en plus, un chronomètre est intégré à l’application, alors celui-ci nous permettra de moins divaguer entre nos séries en allant sur les réseaux sociaux.

Enfin, la quatrième chose qui me semble importante, c’est d’avoir un suivi de ses progrès.

De pouvoir suivre d’un clic son évolution sur ces exercices, de voir ce que l’on a fait, par exemple, il y a deux mois dessus par rapport à maintenant afin de voir que l’on va effectivement dans la bonne direction.

2 – Ce que ne doit pas faire une application de musculation

Malheureusement, ces 4 fonctionnalités de bases ne sont pas présentes dans beaucoup d’application de musculation.

Pendant longtemps, nous avions des applications qui nous proposaient de changer de programmes en fonction du temps (J’exagère un peu mais vous voyez l’idée), qui nous demandaient de changer d’exercices au fil des saison ou qui nous forçait psychologiquement à participer à un défi afin de gagner X points pour pouvoir débloquer un badge.

Je comprends tout à fait cette tendance à la gamification de tout mais en tant que pratiquants de musculation désireux de progresser et de ne pas perdre mon temps, d’éviter des erreurs, de ne pas me blesser, je préfère une application qui fait cela et qui ne me perd pas.

Le problème est que beaucoup d’application ont été réalisées par des non-pratiquants, ont été développées et commandées par des sociétés afin de diversifier leurs activités ou y voyant un secteur encore vide, sans concurrence, afin de gagner de l’argent au détriment de l’utilisateur.

A l’instar des salles de musculation aujourd’hui qui sont ouvertes par des business man et non par des passionnés de musculation comme cela devrait être le cas et l’était lorsque j’ai débuté, de nombreuses applications de musculation sont développés par des non-professionnels.

L’intention est peut être louable derrière mais la progression en musculation ne s’improvise pas.

La sécurité des pratiquants en conseillant certains exercices qui ne conviennent pas à tous en fonction de leurs morpho-anatomies, non plus.

Application de musculation
Le problème est celui de l’éducation au préalable.

On ne s’improvise pas coach, on ne s’improvise pas passionné. Ce n’est pas parce que l’on peut le faire qu’on doit le faire.

Je m’étonne encore de voir des applications ne pas proposer de cycles de progressions, de suivi de l’évolution de son entraînement ou encore de nous inciter sans arrêt à changer de programme d’entraînement sans raison.

Si vous tombez sur ce genre d’application, fuyez !

3 – Le problème des applications de musculation fourre-tout

Lors de mes recherches, je suis tombé sur de nombreuses applications un peu fourre-tout, c’est à dire qui essayait de tout faire à la fois.

Ce n’est une surprise pour personne mais lorsque l’on essaie de tout faire à la fois, on est rarement efficace et il y a peu de chance de devenir bon partout (Après, il y a toujours des exceptions).

Je suis ainsi tombé sur des applications mêlant aussi bien les activités cardio-vasculaires que la musculation rendant l’ergonomie difficile, l’utilisation peu intuitive.

J’ai également vu des applications de musculation mêlant ce coup-ci la fonctionnalité cahier d’entraînement (Toujours sans cette option qui m’est chère des cycles de progression qui permet de savoir quoi faire à chaque séance) et cahier de nutrition afin d’y noter ce que l’on mange chaque jour.

Cette fois-ci, l’ergonomie était plus simple mais encore un peu difficile.

C’est pourquoi personnellement, je préfère avoir une application qui fait « une seule chose » plutôt que plusieurs moyennement.

Pour l’alimentation, il existe ainsi différentes applications qui font bien, très bien le job comme MyFitnessPal.

Mais je ne recommanderais pas les applications fourre-tout.

J’ai besoin, et peut être que vous aussi, que tout soit assez simple, que la navigation soit fluide, que je m’y retrouve facilement.

Je n’ai pas l’envie de passer des heures à décrypter chaque onglet de l’application pour savoir à quoi cela correspond.

C’est comme lorsque l’on achète un micro-onde (exemple à la con, je sais), on n’a pas envie de lire 300 pages de notice pour pouvoir l’utiliser.

C’est pourquoi je déconseille également ces applications de musculation fourre-tout.

Une application pour chaque chose mais c’est peut être parce que je suis de la vieille école ?

4 – La meilleure application de musculation : SP Training

Il y a maintenant plusieurs mois, l’un de mes élèves m’a contacté afin de développer une application de musculation.

Devant la veille que j’effectuais, j’ai tout de suite vu l’opportunité qui s’offrait à nous.

Il n’y avait rien qui me convenait véritablement.

Alors, après avoir défini le cahier des charges ensemble et les fonctionnalités que je désirais afin d’aider tout ceux qui souhaitent mieux progresser en musculation, nous avons travaillé plus d’un an dessus.

Nous y avons mis une bonne partie de ce que j’utilise avec mes élèves et notamment tout ce que l’on est en droit d’attendre d’une application de musculation.

Cette application, elle s’appelle SP-Training et est disponible sur le Play Store et sur l’App Store.

Elle est gratuite pendant un mois avec l’ensemble de ses fonctionnalités et rien n’oblige à l’abonnement par la suite que l’on a voulu accessible à tous (moins d’un euro par mois).

Si après un mois, elle ne vous convenait pas, il suffirait d’aller dans les options de votre téléphone et de couper l’abonnement avant le premier prélèvement.

Ce qui n’existait pas, nous l’avons fait.

Parce qu’il y en avait marre de voir n’importe quoi, de voir du fourre-tout, de voir de l’improvisation dans le conseil en musculation.

Maintenant, nous avons, vous avez cette application qui aide véritablement à progresser.

Je ne peux donc que vous encourager à la tester.

ESSAYEZ L’APPLICATION DE MUSCULATION SP-TRAINING

Si jamais, vous rencontriez le moindre soucis, on n’est jamais à l’abri avec l’informatique, n’hésitez pas à me contacter. Je transmettrais alors à Pierre qui se chargera de résoudre votre problème.

5 – Conclusion sur la meilleure application de musculation

Elle n’existait pas, nous n’avons pas eu d’autres choix que de la créer.

En plus des fonctionnalités précédentes, nous y avons adjoint d’autres fonctionnalités comme le passage de niveau en rapport avec les tableaux du Club SuperPhysique en fonction des exercices que vous faites, sans vous forcer à changer votre programme pour un potentiel badge qui débloquerait quoi que ce soit.

Application de musculation

Ici, c’est seulement dans le but de se fixer des objectifs qui vont accroître votre motivation à progresser, un peu comme le passage de ceinture au Judo.

Vous pouvez également exporter vos séances si vous souhaitez les partager sur les Forums de musculation, sans rien oublier, et ainsi profiter de l’émulation collective afin de faire mieux ensemble que seul.

Enfin, fait important à nos yeux, nous ne collectons pas vos données, aucune de vos données. Si vous êtes au courant de ce qu’il se passe actuellement dans le monde et notamment sur les réseaux sociaux, vous comprendrez que nous faisons parti de ceux qui n’aiment pas qu’on utilise leurs données, encore moins sans leur demander. C’est pourquoi, nous ne le faisons pas.

En espérant que cette application de musculation SP-Training vous aide à progresser (je n’en doute pas vraiment), je vous souhaite un bon entraînement.

Rudy

Ps : Si vous souhaitez en savoir plus sur mes recommandations en terme d’entraînement, je vous invite à suivre ma Formation gratuite.

0

POUR NE LOUPER AUCUN DE MES ARTICLES, CLIQUEZ ICI.

Dans la MÉTHODE SUPERPHYSIQUE qui vous permet de vous analyser physiquement et ainsi de déterminer vos (futurs) points forts et point faibles, mais aussi les exercices sur lesquels vous allez exceller ou pas, en clair de personnaliser dès maintenant votre entrainement, je vous ai expliqué comment nous étions tous différents, uniques.

C’est pourquoi il n’existe pas de limites qui puissent être définies comme telles, un niveau que l’on ne pourrait pas dépasser car ce niveau dépend de chacun, de ses antécédents, de son épi-génétique, de sa solidité, de la longueur de ses os et muscles…

Peut-on dire que tel individu atteindra tel ou tel niveau et qu’après il sera à sa limite, qu’il ne pourra faire mieux ? Non ! Personne ne peut absolument rien dire.

C’est pour cela que j’insiste tant que la notion de possibilités individuelles et non de limites.

Si je prends mon exemple, personne n’aurait pu prédire que je me développerais jusqu’au niveau que j’ai aujourd’hui. L’immense majorité voyait et me disait que je n’arriverais pas à bien me développer.

Et il est vrai que je voyais et que je vois toujours une multitude de personnes ayant un potentiel supérieur au mien, qui progressaient et progressent plus vite que moi, que certains me dépassent. Mais après tout, est-ce un problème ? Je ne le pense pas.

Ce que je peux vous dire, d’expérience encore une fois, c’est que l’on sent à partir d’un moment que la progression se ralentit et qu’on ne pourra pas faire beaucoup mieux.

S’il me faut 6 mois de préparation avec CYCLES DE PROGRESSION, une alimentation pratiquement parfaite et un hygiène de vie digne d’un professionnel pour gagner 2.5 kg sur mes séries de 10 répétitions, c’est que je suis pratiquement au bout de ce que je peux faire.

Mais cela ne m’empêche pas de toujours essayer, encore essayer de faire mieux parce que j’ai cette flamme du progrès au fond de moi, ce plaisir de faire bien.

Personne n’aurait pu prédire jusqu’où j’irais tout comme personne ne peut prédire jusqu’où vous irez en vous donnant les moyens de vos objectifs.

Vous pouvez être peu doué pour un muscle mais forcer tellement la nature qu’il se développera au delà de ce que tout le monde pensait comme je l’ai fait avec mes triceps. (VOIR ICI)

C’est encore une fois vous et vous seul en apprenant à vous connaitre qui saurez déterminer de quoi vous êtes capables et quelles sont vos limites.

Je pense que nos « limites » sont surtout définies par notre environnement également, nos contraintes. Si nous étions sportif professionnel, avec tout un staff autour pour prendre soin de nous, il est certain que nos limites, notre niveau plateau serait repoussé. Malheureusement ou heureusement, ce n’est pas le cas et nous devons accepter que nous n’avons que le pouvoir de faire du mieux que nous pouvons.

Pour conclure, je pense qu’il est donc inutile de se fixer, de chercher quelles sont nos limites. Elles nous trouveront. En attendant, concentrons-nous sur ce que nous pouvons faire, sur nos possibilités qui sont sans doute bien plus grandes que ce que nous envisageons.

Ayez confiance dans l’incertitude.

Si vous avez lu cet article jusqu’au bout, CECI DEVRAIT VOUS INTÉRESSER.

0

Musculation - Quel programme faire ?

Matthieu m’a écrit récemment via ma NEWSLETTER gratuite afin de me demander quel programme il devrait suivre car il est niveau intermédiaire suivant le calculateur « êtes-vous fort ? » de mon site SuperPhysique alors qu’il débute.

Ce qu’il faut savoir et nous l’avons vu détail dans LA MÉTHODE SUPERPHYSIQUE, c’est que chacun a des avantages et inconvénients morpho-anatomiques le prédisposant à réaliser de bonnes et de moins bonnes performances sur certains exercices.

Ainsi, on peut avoir des personnes qui débutent la musculation et qui en quelques semaines, obtiennent théoriquement un très bon niveau de performance sur un exercice par rapport à la moyenne.

Je peux ainsi vous donner deux exemples assez parlant :

– Si vous avez de long bras, vous soulèverez rapidement des charges importantes au Soulevé de terre.
– A l’inverse, si vous avez des bras courts, vous soulèverez rapidement des charges importantes au Développé couché.

Et on comprend que si vous êtes dans extrêmes que je montre ainsi que bien d’autres dans LA MÉTHODE SUPERPHYSIQUE, que cela s’exclut. On voit rarement quelqu’un avec des longs bras exceller au développé couché et quelqu’un avec des petits bras exceller au Soulevé de terre.

On a souvent tendance à considérer qu’un niveau de performance désigne un niveau général, mais un niveau de performance pour un individu donné ne désigne que son niveau de performance lui-même, sans aucune comparaison possible puisque chacun est unique.

Le fait d’atteindre un bon niveau moyen en quelques semaines ne changent rien au niveau que l’on a puisque ces performances ne sont pas atteintes par des mois, voir des années d’efforts mais grâce à une morphologie adaptée (et peut être de gros antécédents sportifs).

C’est pourquoi on ne doit encore une fois ne se comparer à soi-même et faire preuve d’une certaine réflexion avant d’agir et d’individualiser ce que l’on fait.

A l’inverse, d’ailleurs, il y aura sans doute des exercices où vous serez moins bon que les précédents et cela est normal.

Le temps depuis lequel on s’entraîne est un facteur à prendre en compte, en plus de sa morphologie, pour déterminer notre niveau, si tant est que l’on veut absolument rentrer dans une case, pour faire joli et se rassurer.

Mon conseil sera donc toujours le même : Si vous débutez, agissez en ce qui concerne la planification d’entrainement (Halfbody, Fullbody ou Split) comme un débutant et avisez progressivement en fonction de vos progrès (VOIR ICI)

Si vous avez lu cet article jusqu’au bout, ceci devrait vous intéresser.

0

CADEAU SURPRISE A RÉCUPÉRER ICI. 

Pourquoi je ne me suis jamais dopé ?

Je ne me suis jamais dopé pour plusieurs raisons :

La première, c’est la notion de mérite. Il est, pour moi, inconcevable de ne pas mériter par le biais de ses efforts ses progrès ou ce qui nous arrive.
Certains diront que les produits ne font pas tout, ce à quoi je répondrais de parler avec d’ancien dopés ou de lire leurs interviews pour se rendre compte sur cela fait une majorité.

C’est comme cela que l’on assiste à ces conseils dénués de sens, sans aucune logique et qui « embrouillent » le pratiquant naturel débutant qui n’est pas spécialement doué pour la musculation et qui ne sait plus qui croire et quoi faire.

C’est d’ailleurs l’idée première qui m’a fait créé SuperPhysique en 2009 puis mes FORMATIONS et enfin LA MÉTHODE SUPERPHYSIQUE.(Pour faire son analyse morpho-anatomique).

Peu importe le niveau que chacun a, le niveau que j’ai, je peux me dire que je l’ai mérité, que je le mérite et que je ne le dois qu’à mes efforts.

La deuxième raison, c’est d’avoir rapidement compris que l’on avait qu’une seule santé.

Lorsque tout va bien, on n’est pas sensible à ce discours mais lorsque l’on voit des personnes ayant des problèmes, on ne veut pas se retrouver à leurs places.

Grâce à Jean Texier et à ses interviews sans langue de bois dans le monde du muscle, dans ses livres mais aussi avec toutes les discussions que j’ai pu avoir avec certaines personnes qui ont pris des produits, j’ai pu m’apercevoir que prendre des produits dopants, c’était comme jouer à la roulette russe.

Personne au monde ne maîtrise la prise de produit dopant et peut garantir l’absence d’effets secondaires.

La troisième raison, c’est parce qu’il n’y a rien à gagner à se doper. J’ai côtoyé bon nombres de sportifs de haut niveau via mon travail de coach, de préparateur physique et je peux dire que le jeu n’en vaut pas la chandelle dans 99.9% des cas.

Quand on est sur le devant de la scène, que l’on brille, tout parait merveilleux mais lorsque l’on ne brille plus, que l’on n’a pas été la star internationale qui fait que l’on a gagné des millions, nous mettant à l’abri de tout, que fait-on finalement à part disparaître et avoir des problèmes de santés ?

J’ai connu des pratiquants de musculation dopés qui n’arrivaient d’ailleurs pas à arrêter parce qu’ils avaient l’impression de redevenir humain, qu’ils avaient oublié ce que c’était que d’avoir des courbatures, de devoir se reposer, de faire une diète vraiment stricte pour sécher.

Donc finalement, quel est l’intérêt de se doper aujourd’hui si ce n’est pas pour son ego, avoir des problèmes de santé plus ou moins grave à terme et ne rien gagner de plus ?

On pourra me répondre, le plaisir d’être plus fort, plus musclé si on cantonne ça à la musculation mais que vous fassiez 40 ou 44 de tour de bras, cela ne vous rendra pas plus heureux.

Le secret du bonheur, ce n’est pas le résultat. C’est de profiter du chemin, de prendre plaisir à ce que l’on fait. Le résultat n’étant alors que la cerise sur le gâteau (ou presque).

Si vous avez lu cet article en entier et que mon entrainement vous intéresse, VOUS ÊTES LIBRE DE CLIQUER ICI.

Ps : Vous pouvez retrouver tout sur le dopage et les produits dopants en musculation l’article de référence sur SuperPhysique.

0

Cette question des suppléments à prendre tous les jours revient régulièrement.

En effet, dans notre société, les suppléments ont une mauvaise image. L’industrie agro-alimentaire essaie de nous faire croire que nous disposons de tous ce qu’il faut dans notre alimentation. La réalité étant bien évidemment tout autre.

Vos suppléments de musculation sont à prendre tous les jours, à commencer par vos suppléments pour votre santé comme le NuPower.

Mais la plupart de vos suppléments purement musculation sont également à prendre chaque jour. Pourquoi ? Parce que vos jours de repos correspondent à des jours où vous récupérez de vos efforts.

Prenons la créatine. Pour bénéficier de ses effets, il faut en prendre sur une longue période de manière continu. VOIR CETTE VIDÉO.

A l’inverse, certains suppléments comme la caféine ne seront pas à prendre tous les jours mais seulement quand vous aurez besoin d’un coup de fouet.

Nous voyons donc encore l’importance de la personnalisation dans tout ce que vous faites pour exploiter au mieux votre potentiel.

Vous pouvez retrouver TOUT CE QUE JE FAIS ICI pour l’exemple, au besoin.

Enfin, n’oubliez pas de vous procurer mon EBOOK GRATUIT ICI.

0

Dernièrement, je suis tombé sur un article qui expliquait que nous n’étions pas égaux face aux résultats que nous pouvions espérer de nos efforts en musculation.

Cela montrait que certains progressaient énormément, d’autres un peu et enfin certains pas du tout alors qu’ils suivaient le même programme d’entrainement de musculation.

A partir de là, on peut donc se poser la question si tout le monde peut atteindre un bon niveau en s’entraînant ?

J’oserais dire qu’il s’agit d’une mauvaise question puisque le but n’est pas d’être le meilleur du monde mais d’être le meilleur que l’on puisse être, d’agir au mieux en fonction de ses objectifs.

Car finalement, que vous ayez 38 ou 42 de tour de bras, est ce que cela changera votre vie, vous rendra plus heureux ? Non !

C’est parce que le chemin pour y arriver, la notion de mérite que j’apprécie tant, est le bonheur, pas le résultat.

Il est certain que ce concept d’égalité est erronée et pas seulement qu’en musculation mais nous ne pouvons rien y faire.

Et c’est pourquoi je vous conseille de ne pas en tenir compte. Il est inutile d’accorder de l’importance à ce qu’on ne peut changer, ce sur quoi on a aucun pouvoir.

Concentrez-vous sur ce que vous pouvez faire, du mieux que vous pouvez et vous en tirerez bien plus que quelques centimètres de bras.

VOIR MA PHILOSOPHIE.

Enfin, n’oubliez pas de vous procurer mon EBOOK GRATUIT ICI.

0

En musculation, ce que l’on voit la plupart du temps, au niveau des ventes de suppléments, ce sont que les boosters sont la vente majoritaire des boutiques.

Pourquoi ? Très simplement à cause du marketing, de l’emballage, des noms, des fausses promesses que l’on nous garantit sur le pot.

C’est pourquoi je tenais aujourd’hui à vous expliquer les suppléments à prendre en priorité.

Non, ce ne sont pas les boosters. Non, ce ne sont pas les protéines, les Bcaa où encore la créatine.

Ce sont tous les suppléments santés ! C’est à dire les multivitamines comme le NuPower, des oméga 3 si vous ne mangez pas régulièrement des poissons gras comme les sardines ou le maquereau, de la Vitamine D, de la vitamine D et des suppléments pour prévenir la dégradation de vos articulations comme le NuMove.

Après quoi seulement, vous pouvez penser aux suppléments 100% musculation.

Mais soyez conscient que votre santé est bien plus importante que votre progression à court terme en musculation car c’est elle qui garantira votre progression sur le moyen et long terme et ainsi l’exploitation de votre potentiel et l’atteindre de vos objectifs.

En attendant, si vous désirez vous analysez morpho-anatomiquement, n’hésitez pas à vous procurer la Méthode SuperPhysique Tome 1.

Enfin, n’oubliez pas de vous procurer mon EBOOK GRATUIT ICI.

0

EXTRAIT de ma NEWSLETTER #171 : Abonnez-vous 

Ceintures et Genouillères en musculationPour la ceinture, je vous renvoie à l’excellent article présent sur SuperPhysique qui répondra à vos questions.

Pour l’utilisation des bandes de genoux ou mêmes des genouillères, il faut d’abord se poser la question de pourquoi cela existe.

Avant l’introduction du « Raw » en Force athlétique, c’est à dire du sans matériel, les bandes de genoux étaient un accessoire indispensable au Squat afin de pouvoir mener la compétition d’égal à égal.

On choisissait alors avec soin son « poseur de bandes » afin que celui-ci les sert le plus qu’il pouvait afin de gagner jusqu’à plus de 50 kg sur son maxi.

Aujourd’hui, cela disparaît peu à peu au profit donc du « Raw » et ce sont les genouillères que l’on utilise.

Quelle est leur intérêt ? De base, elles servent à avoir les articulations plus « chaudes » ce qui est très important pour prévenir son risque de blessure comme je l’explique dans mes EBOOKS.

Ainsi, cela est intéressant.

Par contre, on assiste de plus en plus à l’utilisation de genouillères « trop petites » afin de remplacer les bandes de genoux et dans ce cas, on retrouve alors les avantages et inconvénients de leurs utilisations à savoir un bas du mouvement facilité et donc l’utilisation de charges plus lourdes.

En soulageant ces genoux, on surcharge son dos ! Un bien pour un mal en somme.

Je ne peux donc que vous conseiller d’utiliser des genouillères à votre taille mais surtout pas des trop petites dans une optique de prise de muscle et d’amélioration de soi-même. Aux compétiteurs de Force Athlétique, évidement mon avis est différent puisque la performance est l’objectif principal, au détriment parfois de la santé à moyen et long terme.

L’utilisation des bandes de genoux, étant par défaut et extrapolation, des genouillères trop petites n’ont pas à être utilisée or pratiquement de Powerlifting, à moins d’avoir des douleurs de genoux non identifiées actuellement afin de pouvoir continuer à faire les cuisses.

Cela ne saurait être qu’une solution temporaire que je ne vous invite pas à faire perdurer pour votre plus grand bien.

A ce sujet, si vous avez des douleurs sur le haut du corps, je vous invite à vous procurer mes FORMATIONS afin de les résoudre rapidement.

Ensemble, nous allons progresser. FIGHT FOR IT !

0

Il ne se passe pas une journée sans qu’on me demande mon avis sur des suppléments en tout genre, qui sont la plupart du temps des attrapes pigeons.

Ce n’est pas faute d’avoir fait des vidéos pour expliquer comment choisir ses suppléments, catégories par catégories : https://www.youtube.com/playlist?list=PLqimIutae31_UUOMNMR9cbSVZGis8cYnJ en expliquant les bonnes compositions, comment les prendre de la meilleure façon possible et qui doit en prendre ! 🙂

Malheureusement, on m’écrit encore pour me demander quels suppléments prendre parce que la personne stagne, comme si la prise de protéine allait tout changer dans la progression, comme si c’était MAGIQUE 😀 Parce que prendre des suppléments, on le sait tous, ce n’est pas naturel LOL ! 🙂 (Merci à ceux qui pensent ca de regarder toute la suite de vidéo dont j’ai mis le lien plus haut)

Je ne parle pas de ceux qui ont regardé mes vidéos et qui me demandent mon avis sur des suppléments dont la composition n’a rien à avoir avec celle que je recommande et qui est exactement celle que je déconseille dans celle-ci 🙂

Je vais donc faire le point une bonne fois pour toutes avec vous sur les suppléments pour les pratiquants de musculation.

1 – La base : Entrainement, Alimentation, Hygiène de vie

Bien que cela puisse paraitre banal, c’est la base avant de prendre n’importe quels suppléments. Beaucoup prennent des suppléments et ne savent pas s’entrainer, ne mangent pas correctement et ont une hygiène de vie déplorable.

Toutes les réponses qui doivent vous permettre de progresser sont ici ! 🙂 Si vous ne progressez pas sans prendre de suppléments, cela ne changera absolument rien à votre prise de muscle d’en prendre (ca peut se discuter par exemple dans le cas de la prise d’un gainer en prise de masse car vous n’arrivez pas à manger suffisamment de calories pour grossir).

Il est bien important de comprendre ca et de s’attaquer d’abord aux bases. Si vous ne les connaissez pas, vous pouvez lire de fond en comble mon site mais également SuperPhysique (http://www.superphysique.org) et mes Ebooks avec leurs 22 vidéos (disponibles ici : http://www.rudycoia.com/boutique/pack-4-ebooks) qui sont une synthèse de tout ce que vous pourrez trouver sur mes sites avec des inédits bien évidemment.

Si vous êtes vraiment prêt à progresser et à faire les choses bien, vous devez obligatoirement passer par ici ! 🙂

2 – Qui doit prendre des suppléments ?

Tous les suppléments ne sont évidemment pas à prendre et dépendent de vous et seulement vous.

Comme vous l’avez vu plus haut dans les vidéos mis en lien, les suppléments n’ont rien de magique mais permettent une petite aide supplémentaire sans effet secondaire à ceux qui font « la base » correctement.

Ainsi, si vous ne pouvez pas prendre collation entre les repas et que ceux-ci sont espacés de plus de 5-6h, l’utilisation de protéine en poudre est utile et va vous permettre d’améliorer votre diététique pour prendre du muscle, de la force, sécher.
De même que si vous avez du mal à atteindre un nombre suffisant de calories pour prendre du muscle, l’utilisation d’un gainer se conçoit. Autrement, cela ne sert absolument à rien.

Tout dépend de votre budget et de votre « passion » de la musculation, de votre envie de faire bien. Il existe beaucoup de suppléments pour la musculation, pour la santé qui sont très intéressants mais aucun n’est obligatoire pour progresser.

On peut très bien se passer de supplément et prendre du muscle car c’est la « base » que nous venons de voir qui va régir votre progression. Les suppléments ne servent qu’à améliorer cette base et à la rendre plus efficace et effectivement plus vous en prendrez (les bons) et mieux cela sera sur le moyen et long terme à condition que vous en ayez vraiment besoin 🙂

Enfin, un petit mot pour ceux qui pensent que les suppléments sont du dopage, je vous renvoie à mon article sur le sujet : http://www.rudycoia.com/dietetique-et-supplements/les-supplements-du-dopage afin de stopper le débat 😀

3 – Quoi prendre comme supplément ?

Le monde des suppléments est une jungle et c’est pourquoi j’ai entrepris il y a quelques années de faire une sélection des meilleurs suppléments se trouvant sur le marché sur www.superphysique.org/nutrition. Lorsque j’ai commencé la musculation, je ne savais pas ce qui différenciait un bon supplément d’un mauvais et j’étais à la merci des publicités, du marketings des marques à gros budgets avec leurs phrases toutes plus « magiques » que les autres.

Dans presque chaque marque, il existe des bons suppléments, des « bonnes » formules mais aucune marque ne propose malheureusement que des bons suppléments avec des bonnes compositions.

C’est pourquoi, je traque chaque jour avec Street, le responsable de la boutique SuperPhysique, le marché des suppléments, tout ce qui existe à la recherche de ce qui se fait de mieux en nous basant sur la composition de ces derniers et en évitant tout ce qui est pourri et que beaucoup d’entre vous prennent encore aujourd’hui. 🙁

Je vous renvoie donc encore une fois aux vidéos que j’ai faite pour apprendre à choisir les bons suppléments : https://www.youtube.com/playlist?list=PLqimIutae31_UUOMNMR9cbSVZGis8cYnJ et à surveiller la boutique SuperPhysique : http://www.superphysique.org/nutrition et les explications que nous donnons dans les fiches de chaque supplément afin de vous aiguiller au mieux sur quoi prendre et qui soit en plus, sain pour votre santé !

Désormais, vous savez quoi faire 🙂

1

12

Il existe une technique d’entrainement en musculation qui revient souvent sur le devant de la scène d’une multitude d’article, c’est le fameux 3×7 pour les biceps qui consiste à effectuer 7 répétitions en amplitude partielle basse (on ne monte que jusqu’à 90 degrés), 7 répétitions en amplitude haute (on ne descend pas sous les 90 degrés) pour finir par 7 répétitions complètes.

Cela se fait en général au curl à la barre mais peut se décliner sur n’importe quel exercice ou n’importe quel muscle.

Si vous suivez ma série d’article vidéos sur les secrets du muscle pour les athlètes 100% naturels DISPONIBLE EN CLIQUANT ICI, vous savez que chaque séance doit être imbriquée dans une autre pour pouvoir progresser sur le moyen et long terme et ainsi prendre du muscle.

Faire du 3×7 ou n’importe quelle autre technique d’intensification parce qu’on en a envie un jour J ne sert absolument à rien. Cela doit faire partie d’un plan précis.

De plus, cette technique d’entrainement n’a aucun avantage particulier ou but précis si ce n’est de bien congestionner. Cela n’aide pas à prendre plus de bras si ce n’est à force de progresser dessus, en mettant de plus en plus lourd avec une bonne technique.

Si cela vous fait plaisir d’utiliser cette technique, n’hésitez pas à l’introduire dans votre programme. En dehors de ca, si vous n’avez envie d’en faire qu’une fois de temps en temps, cela ne servira absolument à rien, au contraire 🙂

5

27

VOUS VOUS ENTRAINEZ TROP LOURD ! 🙂

Je suis régulièrement frappé par ce fait, la plupart des gens s’entrainent trop lourd, c’est à dire qu’il ne se laisse aucune marge de progression et oublie le principal fondamental de l’entrainement qui permet de progresser à coup sur : Le CYCLE.

C’est ce que j’explique dans mon Ebook (avec beaucoup d’autres choses): “Rudy Coia, Mes secrets pour prendre du muscle” DISPONIBLE ICI

Il faut dire qu’on lit sans arrêt qu’il faut s’entrainer lourd pour faire du muscle mais on oublie de se concentrer sur le principal qui est que pour prendre du muscle, il faut progresser ! 🙂
Encore faut-il savoir ce qu’on appelle lourd et trop lourd :

L’exemple qui me vient en tête est la personne qui doit faire un 4×10 à une charge déterminée et trouve logique de faire 10-9-7-6 reps et recommence le même schéma la semaine suivante. Ecoutez moi bien, si vous fonctionnez ainsi, il est normal de ne pas accumuler des kg de muscles car vous vous entrainez trop lourd.

Si vous êtes dans ce cas, diminuer le poids pour réussir votre 4×10 pour ensuite augmenter progressivement, la charge ou les répétitions suivant le cycle que vous avez programmé.

Mais se borner chaque semaine à essayer de réaliser un entrainement qui ne passe pas est la preuve que vous vous entrainez trop lourd !

Pour pouvoir progresser, il faut savoir faire des entrainements “faciles” (même si ca ne l’est jamais et qu’il faut néanmoins rester concentrer pour réussir) pour faire des entrainements “durs” plus tard. Cela permet de construire une base aussi bien physique que psychologique sur laquelle s’appuyer pour ses progrès futurs.

La sélection de votre charge de travail est donc très importante si vous souhaitez prendre du muscle. Mieux vaut qu’elle soit “trop légère” temporairement que trop lourde ce qui anéantirait vos chances de progrès et de prendre du muscle ! 🙂

Cette charge “trop légère” deviendra, de toute façon, à terme dure ! (en fin de cycle) 🙂

Prêt à progresser ?

 

6

1

Bien que je sois pour un style d’exécution légèrement trichée sur la plupart des exercices sans danger, comme je l’ai écrit récemment dans un article en raison de divers arguments, il n’en reste pas moins vrai que je vois, que ce soit en salle ou sur des vidéos postées sur les différents réseaux des exercices exécutés n’importe comment !!!

La première chose à faire lorsque l’on débute, comme dans n’importe quel sport, est d’apprendre ses fondamentaux, c’est à dire ici la technique d’exécution des exercices en laissant son ego au placard. C’est LA BASE !

Ce n’est pas en gesticulant dans tous les sens que l’on devient énorme et sec 🙂

Les meilleurs, les champions le disent tous : Il faut avoir une technique irréprochable !

Il n’y a rien de pire que de s’entrainer sans avoir appris les fondamentaux, en chargeant au détriment d’une technique d’exécution “correcte”. C’est la meilleure façon de se blesser, d’arrêter prématurément de s’entrainer et ainsi de ne pas laisser son plein potentiel s’exprimer. C’est valable pour n’importe quel sport ou n’importe quelle activité, on ne peut pas sauter des étapes ! 🙂

ON NE PEUT DEVENIR FORT SANS AVOIR UNE BONNE TECHNIQUE D’EXÉCUTION !

Cet article pourra paraître superflu et inutile pour beaucoup mais lisez le bien et n’ayez pas peur de décharger vos barres pour (ré)apprendre à exécuter correctement ces exercices. Vous perdrez ainsi moins de temps pour progresser.

Après quoi, vous pourrez “tricher” efficacement comme je le recommande et progresser plus vite 🙂