• Avr
  • 24
  • 2018
0

Lorsque l’on suit une alimentation saine et que l’on fait beaucoup d’activités sportives, on pense avoir le droit de faire un ou plusieurs Cheatmeal dans la semaine, que cela n’aura aucune conséquence.

C’est le pourquoi de cet article de tout vous expliquer sur le Cheatmeal.

1 – Qu’est ce qu’un Cheatmeal ?

Un Cheatmeal est une « sortie de route » de l’alimentation, de la diète que l’on suit.

Par exemple, pour un pratiquant de musculation, un Cheatmeal est le fait de ne pas peser ce qu’il mange et de consommer des aliments qui ne figurent pas dans son alimentation.

La plupart du temps, ceux-ci sont composés de Junk Food, c’est à dire de plats ou « aliments » industriels comme des pizza ou autre hamburger de marque « américaine ».

Mais ceux-ci peuvent être également être un repas servi au restaurant dans le cadre de la vie sociale afin de relâcher la « pression » si l’alimentation qui est suivi est trop restrictive pour l’individu.

Dans ce dernier cas, il convient alors de revoir son alimentation. (Cf cet article)

Enfin, un Cheatmeal s’entend à partir du moment où l’on suit une diète « stricte », c’est à dire planifié pour soi pour atteindre ses objectifs.

Lorsque l’on ne suit pas de diète particulière et que l’on mange « comme on le sent », le Cheatmeal n’existe pas au sens stricte du terme.

2 – A quoi sert un Cheatmeal en théorie ?

Le premier intérêt du Cheatmeal est de relâcher la pression, la frustration dans le cas où la diète que vous suivez est trop restrictive et ne vous convient pas.

Le deuxième intérêt du Cheatmeal est tout simplement d’avoir une vie « sociale ». A l’heure d’aujourd’hui, il faut le dire, un repas est un moment convivial surtout entre amis et même si la plupart des individus disent faire attention à ce qu’ils mangent, la réalité est tout autre.

Faire un Cheatmeal de temps en temps permet donc de conserver une certaine vie sociale sans quoi on se ferme littéralement au monde extérieur, peu de personnes comprenant nos objectifs en tant que pratiquants de musculation.

Enfin, le troisième intérêt invoqué est qu’un Cheatmeal permettrait « d’activer » et/ou de « relancer » le métabolisme notamment au régime pour maigrir mais également en prise de masse.

3 – Les bonnes raisons de faire des Cheatmeal en pratique?

Tout sur le CHEATMEAL
Cheatmeal : Existe-il des bonnes raisons d’en faire ?

Un Cheatmeal n’est pas forcément un repas démesuré où l’on ingurgite tout ce qui nous passe sous la main et où l’on se retrouve allongé sur le dos à ne plus savoir bouger ni respirer correctement.

C’est pourquoi je suis un adepte des Cheatmeal dans le cadre de la vie sociale, pour passer des moments conviviaux à condition de ne être dans « frustration ».

Consommer des aliments originaux, différents de ceux que l’on consomme habituellement se justifie amplement, surtout pour nous qui ne sommes des professionnels.

Maintenant, dans le cas où faire un Cheatmeal revient à manger n’importe quoi à outrance, il y a un sérieux problème émotionnel derrière qu’il faut résoudre et le fait de surconsommer ne résoudra absolument rien, au contraire.

Rien ne vous empêche également de revoir complètement votre alimentation en fonction de vos goûts même si cela implique d’y « inclure » des aliments peu sains en petites quantités pour enlever toute frustration.

Maintenant, pour ce qui est de « relancer » ou « d’activer » le métabolisme, il va sans dire qu’il s’agit d’une vaste fumisterie puisque rien ne peut justifier, surtout si l’on souhaite faire cela, de consommer des aliments « interdits » en temps normal.

Pour « relancer » ou « activer » le métabolisme, il ne suffit pas de faire un seul repas hypercaloriques surtout de manière malsaine. (Pour plus d’informations, vous pouvez lire ceci)

comment sécher en musculation

4 – Les conséquences d’un Cheatmeal

Lorsque l’on est jeune, on ne sent que rarement les effets néfastes d’un Cheatmeal sur sa progression en musculation.

« Malheureusement », nous vieillissons et alors nous nous rendons compte que chaque excès que nous faisons se paie de plus en plus cher.

Si l’on est dans l’optique de faire des Cheatmeal mesuré dans le cadre de sa vie sociale, les effets néfastes sont minimes.

Au pire, nous ferons un peu de rétention d’eau le lendemain qui sera parti le surlendemain. Nous prendrons peut être un kg sur la balance qui repartira dans le même laps de temps.

Maintenant, dans le cas où l’on abuserait des quantités, où l’on se lâcherait aussi bien sur la nourriture que sur les boissons, le Cheatmeal va se faire sentir plusieurs jours.

Outre la sensation de méforme et de fatigue qui surviendra très rapidement après, vous passerez une très mauvaise nuit.

Le lendemain, vous serez gonflé comme un ballon et serez amorphe au moindre effort. Vous aurez pris entre 2 et 4 kg du jour au lendemain et mettre entre 2 et 4 jours avant de retrouver votre forme « normale ».

De plus, il est évident que manger de façon malsaine, surtout en quantité, a des impacts négatifs sur la santé à terme.

Raisons de plus pour ne pas « abuser ».

5 – Cheatmeal : Pour ou contre ? – Conclusion

Finalement, on est en droit de se demander s’il faut absolument faire des Cheatmeal.

La réponse est bien évidemment non car, comme vous le savez déjà, il est toujours préférable de manger sainement.

C’est pourquoi rien ne justifie de se goinfrer et de manger de la nourriture Junk Food, absolument rien.

Si vous avez « envie » de vous lâcher, c’est que vous avez un plus gros problème que vous ne le pensez.

Maintenant et vous l’avez également compris, dans le cadre de votre vie sociale, faire un repas « différent » de votre diète se conçoit très bien et se justifie, à condition d’être dans le moment présent, de « profiter » de cet instant.

Le tout étant, comme toujours, d’agir en connaissance de cause.

En espérant vous avoir aidé à y avoir plus clair, je vous invite à lire ceci pour aller plus loin.