• Oct
  • 29
  • 2018
0

Lorsque l’on cherche véritablement à progresser, on peut être interpellé par l’analyse morpho-anatomique en musculation.

En effet, il semblerait que cela soit la seule possibilité pour personnaliser son entraînement à terme.daz

Et comme le secret de la progression sur le moyen et long terme lorsque l’on est un pratiquant de musculation sans dopage est la personnalisation, autant dire que c’est un sujet à creuser.

Laissez-moi donc tout vous expliquer sur l’analyse morpho-anatomique en musculation.

1 – Analyse morpho-anatomique en musculation – Podcast

2 – Analyse morpho-anatomique en musculation – Définition

L’analyse morpho-anatomique en musculation consiste à analyser ses longueurs osseuses et musculaires, c’est à dire :

  • La longueur des différents segments osseux que sont les membres supérieurs et inférieurs mais également la longueur des clavicules, « l’alignement » des coudes (présence de valgus et/ou de recurvatum), la largeur du bassin et enfin les ratios entre l’humérus et l’avant-bras, entre le fémur et le tibia et entre le buste et les cuisses/jambes.
  • La longueur de chacun des principaux muscles visibles que l’on va solliciter en musculation afin qu’ils se développent plus ou moins en fonction des objectifs de chacun.

Mais à quoi cela peut-il bien servir ?

3 – Analyse morpho-anatomique en musculation – Quel intérêt ?

Analyse morpho-anatomique
A quoi sert l’analyse morpho-anatomique en musculation ?

L’intérêt de réaliser son analyse morpho-anatomique en musculation est dans les leçons et applications que l’on peut ensuite mettre en place quant à la réalisation de son programme personnalisé.

En effet, l’analyse de la morphologie osseuse permet de déterminer d’avance les difficultés que l’on va rencontrer mais aussi les facilités que l’on va avoir.

Par exemple, un individu avec de longs bras a de fortes probabilités de ne jamais devenir champion du monde de développé couché parce qu’il aura alors beaucoup plus de trajet, c’est à dire de force à développer pour utiliser les mêmes charges qu’un individu aux bras courts.

Cette différence pourra également être accentuée par des différences osseuses en terme d’épaisseur de cage thoracique (Qui peut se développer pendant l’enfance et l’adolescence par le recours à des exercices physiques qui essoufflent et qui étirent donc la cage thoracique dont les côtés sont encore reliées dans ces âges par des cartilages souples afin « solidification »).

Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres qui permet donc de mieux se connaître et ainsi de savoir à quoi s’attendre d’avance.

Ces différentes longueurs osseuses prédisposent aussi à des facilités à se blesser plus facilement si on ne prend pas garde à adapter son entrainement tant sur le choix des exercices que de leurs amplitudes mais également du travail de prévention à faire comme certains exercices de mobilités afin de réduire ces risques.

Malheureusement, il n’est pas possible de compenser complètement ces longueurs osseuses par une mobilité accrue si l’on se retrouve dans les extrêmes. Si l’on est véritablement désavantagé pour un certain type d’exercice, alors il faudra redoubler de prudence si on choisit malgré tout de les pratiquer à outrance pour progresser dessus.

C’est le cas par exemple de la morpho-anatomie du « Gorille » que j’ai identifié parmi les 6 catégories que j’ai rencontré au cours de ces dix dernières années qui ne doit surtout pas abuser des exercices de développés couchés pour les pectoraux sous peine de se déchirer le grand pectoral à terme (Pour voir une vidéo d’analyse morpho-anatomique d’un « Gorille »).

analyse morpho-anatomique

L’analyse des longueurs musculaires, quant à elle, permet de déterminer d’avance les points forts et faibles que l’on va avoir et ainsi d’anticiper si on le désire ce qui va se passer et même d’éviter que cela se produise si l’on s’y prend en amont.

Tous les exercices poly-articulaires que nous faisons mettent en jeu plusieurs muscles dits agonistes, c’est à dire ayant une fonction en commun, qui sont en compétition en terme de recrutement musculaire durant l’exécution.

Un bon exemple est la relation inversement proportionnelle (ou presque) entre les deltoïdes (muscles des épaules) et les pectoraux sur les exercices de développés où l’un des deux prend l’ascension sur l’autre.

En déterminant cela d’avance, nous pouvons ainsi éviter que cet ascendant se développe en sélectionnant tout de suite les bons exercices pour soi qui vont travailler le muscle que l’on souhaite développer et de réorganiser son programme afin de ne pas développer un physique déséquilibré.

En clair, grâce à l’analyse morpho-anatomique en musculation, on gagne du temps en apprenant à se connaître, on réduit son risque de blessure et on progresse mieux sur le moyen et long terme.

4 – Analyse morpho-anatomique en musculation – Pour qui ?

L’analyse morpho-anatomique en musculation n’est pas réservée et utile à tous.

En effet, son utilisation prématurée peut empêcher de poser les bases par lesquelles il faut obligatoirement débuter pour pouvoir ensuite véritablement personnaliser son programme.

C’est pourquoi si vous débutez la musculation, c’est à dire que vous êtes en deçà du niveau Bronze du Club SuperPhysique, je vous déconseille d’avoir recours à l’analyse morpho-anatomique et de chercher à personnaliser votre programme de musculation.

Analyse morpho-anatomique en musculation
Oubliez l’analyse morpho-anatomique en musculation si vous êtes en deçà du niveau Bronze.

Il n’est pas possible de réaliser et souhaitable de réaliser son analyse morpho-anatomique :

  • Si vous débutez vraiment la musculation. Dans ce cas, il sera difficile de voir quelconque longueur musculaire
  • Si vous êtes vraiment gras, ce qui en arrive au même problème que précédemment.

Il est toutefois possible d’analyser ses longueurs osseuses mais cela ne sera presque d’aucune utilité car vous n’aurez pas encore assez d’expérience en terme d’entraînement pour pouvoir appliquer les conclusions en terme de sens musculaire et de proprioception (conscience du corps dans l’espace, sentir les mouvements).

C’est pourquoi je ne personnalise presque pas les programmes de mes élèves débutants. Il faut du temps pour pouvoir poser les bases nécessaires à la « découverte » de soi-même.

A l‘inverse, plus vous progresserez et plus l’analyse morpho-anatomique en musculation aura son importance pour personnaliser votre entraînement et réduire votre risque de blessure.

Par exemple, si vous avez les biceps courts, l’utilisation du Curl incliné jusqu’à réaliser des séries de 10 répétitions à 14 kg ne présente aucun risque pour vos biceps mais au delà, si vous ne modifiez pas son exécution que cela soit l’inclinaison du banc, l’amplitude à utiliser notamment en bas du mouvement voir si vous avez vraiment les biceps très courts de changer carrément d’exercice, vous risquez fortement de vous blesser avec des tendinites à répétitions pouvant aller jusqu’à la déchirure musculaire.

A mesure que l’on prend de la force avec ce que cela implique, c’est la que l’analyse morpho-anatomique en musculation prend tout son sens.

5 – Analyse morpho-anatomique en musculation – Comment ?

Afin de réaliser son analyse morpho-anatomique, il ne suffit pas de se regarder dans un miroir et de se comparer aux photos et vidéos des Tomes 1 et 2 de la Méthode SuperPhysique.

Il faut absolument se prendre en photo sous tous les angles, c’est à dire de plein pieds et en sous-vêtements dans les poses suivantes :

  • De face bras le long du corps
  • De dos bras le long du corps
  • De chaque profil bras le long du corps
  • En pose double biceps de face
  • En pose double biceps de dos
  • De chaque profil en contractant les triceps

Si vous êtes suffisamment sec et développé, avec ces photos, vous devriez être capable d’analyser l’ensemble de vos longueurs osseuses et musculaires.

Il est possible que vous ayez quelques photos particulières à faire en plus, notamment pour les ischio-jambiers et/ou les mollets car ils nécessitent parfois, surtout dans le cas où l’on manque de développement, ce qui est fréquent à ces localisations précises, de devoir réaliser des poses spécifiques comme sur la pointe des pieds pour déterminer la longueur des jumeaux et genoux fléchis de profil pour les ischio-jambiers.

La prise de photo est obligatoire pour se rendre compte de la réalité, qui peut, d’expérience, être parfois bien cruelle.

Dans tous les cas, rassurez-vous, lorsque l’on n’est pas un habitué des photos, il est normal de ne pas ressortir aussi bien que l’on est (Cf article « Apprendre à faire des photos en musculation »).

Enfin, avec certitudes car je rencontre souvent le cas : « Non, vous n’avez pas tous les muscles courts et non, vous n’avez pas que des désavantages et points faibles ».

Comme pour tout dans la vie, réaliser une analyse morpho-anatomique en musculation de manière fiable demande de l’entraînement, ici, visuel.

N’espérez donc pas au premier coup d’oeil arriver à vous analyser parfaitement. Comme pour progresser en musculation, cela vous demandera un peu d’effort mais vous finirez par y arriver.

6 – Analyse morpho-anatmique en musculation – Les limites

L’analyse morpho-anatomique en musculation ne permet aucunement de prédire le niveau que vous pourrez atteindre avec de l’entraînement.

analyse morpho-anatomique

Elle permet seulement de savoir où les difficultés vont se présenter et d’agir ainsi en connaissance de cause pour éviter que certaines choses, comme la blessure, surviennent.

Utilisée à tord, en croyant qu’elle détermine le potentiel, certaines personnes s’en servent comme excuse avant même de commencer la pratique de la musculation croyant qu’ils n’ont aucun potentiel à exploiter.

Il est impossible, par quelconque moyen, de déterminer votre potentiel en musculation, la preuve en est de mon parcours :

En réalisant mon analyse morpho-anatomique à mes débuts, en y accordant un total crédit quant à mes possibilités, cela m’aurait sans doute découragé et pourtant, à force de persévérance, voici où j’en suis arrivé.

Il en est de même pour vous. Sachez l’utiliser pour vous aider à progresser, pas pour vous imposer des limites.

Certes, vous ne deviendrez pas champion du monde si vous faites parti de la « catégorie des sauterelles » (Pour en savoir plus) au développé couché mais cela n’est sans doute pas votre objectif.

7 – Analyse morpho-anatomique en musculation – Conclusion

L’analyse morpho-anatomique en musculation est une notion importante à intégrer pour les pratiquants de musculation sans dopage pour qui la seule voie de progrès possible après les progrès du « débutants » est la personnalisation à tous les étages.

Utilisée à bon escient, elle vous permettra de réduire drastiquement votre risque de blessure, de réaliser des exercices qui vous font réellement du bien et ainsi de vraiment progresser.

Car l’un des secrets des meilleurs pratiquants naturels, ceux qui atteignent un niveau élevé, est de ne jamais se blesser et ainsi de pouvoir utiliser des cycles de progressions sur le moyen et long terme.

Les personnes qui, quant à elles, se blessent régulièrement, n’arrivent jamais à exploiter leurs potentiels et finissent par abandonner.

C’est en ce sens, en sachant quoi faire pour éviter de se blesser et en faisant alors les bons exercices pour soi, pas en copiant ceux du voisin parce qu’ils fonctionnent sur lui, que vous tirerez profit au mieux de vos efforts.

L’analyse morpho-anatomique en musculation vous permettra de prendre conscience à quel point vous êtes unique et pourquoi vous ne devez vous comparer à personne.

En espérant vous avoir aidé à y voir plus clair sur l’analyse morpho-anatomique en musculation.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, je vous invite à regarder ces photos et vidéos.