• Déc
  • 22
  • 2014
0

Parce qu’il y a les fêtes, les anniversaires, la vie sociale qu’il est important de savoir comment gérer au mieux son alimentation en musculation et notamment ces excès alimentaires que l’on nomme écart et/ou Cheatmeal dans le milieu de la musculation.

Dans cet article, nous aborderons ensemble ce qu’est exactement un écart, quoi faire en fonction de la période où vous êtes et enfin combien d’écart nous pouvons faire par semaine en moyenne pour que cela ne nous empêche pas de nous rapprocher de nos objectifs.

1 – Alimentation en musculation : Qu’est ce qu’un écart ?

Dans une alimentation de musculation, un écart, c’est tout simplement ne pas manger ce que l’on a prévu par rapport à la diète que l’on suit en fonction de soi.

Ainsi, ce qui peut être un écart pour certain peut ne pas l’être pour d’autre. Comme je l’explique dans l’article « La Meilleure Diète de musculation » votre diète doit vous être adaptée à vous et à vos goûts.

Certains intégreront du chocolat dans leur alimentation en musculation et/ou du fromage quand d’autres n’en mettront pas pour diverses raisons comme le fait de n’en manger qu’un peu les pousseraient à en manger plus que prévu.

Un écart, c’est donc ne pas manger, ne pas suivre sa diète, ne pas peser les aliments qui, je le rappelle est quelque chose d’indispensable.

faire une prise de masse
Ainsi, si vous êtes invité à manger ou que vous mangez au restaurant, même si sur le papier, si cela correspond aux aliments que vous devriez manger, entre le fait de ne pas peser vos aliments pour avoir les quantités qui vous conviennent et les calories cachées du à la préparation du plat font que cela est un écart !

Seul ce que vous préparez vous même et qui est inscrit dans votre diète n’est pas un écart. Tout le reste en est.

2 – Alimentation en musculation : Faut-il compenser son écart ?

Comme vous vous en doutez dans l’alimentation destinée aux pratiquants de musculation, un écart peut être plus ou moins important, conséquent.

Lorsque l’on suit une diète trop stricte, pas adaptée à ses goûts et qui entraîne de la frustration, les écarts sont des massacres où tout ce qui est à portée de bouche y passe.

J’ai pu constaté cela sur certains élèves qui pensaient, à tord, au début, devoir manger du poulet et du riz tous les jours car c’était soit-disant le meilleur pour progresser, ce qui n’est évidemment par le cas.

Il est donc encore une fois très important de suivre une alimentation de musculation qui nous convient à chacun. C’est pourquoi je propose des suivis et non seulement une diète par exemple.

Pour savoir s’il faut compenser ou pas son écart, il faut déjà déterminer ce que vous faites :

1 – Je suis en prise de masse et cherche donc à prendre du muscle.

Si vous êtes en prise de masse et chercher à grossir progressivement, il n’y a aucun intérêt à compenser votre écart en mangeant moins juste après car si vous faites un écart par semaine, de manière raisonnable, et non un massacre, celui-ci passera ni vu ni connu sur la balance au bout de quelques jours et vous ne le sentirez même pas à l’entrainement.

Réduire son alimentation en musculation à la suite d’un écart en prise de masse ne peut que ralentir vos progrès car cela vous fera maigrir si votre diète est parfaitement adaptée à vous.

2 – Je suis en sèche et je veux perdre du gras et du poids.

Si vous êtes en sèche, moins vous ferez d’écart et mieux cela sera pour perdre du gras.

Bien certains disent que les écarts pendant une sèche font du bien au métabolisme, je n’ai jamais pu le constater sur plus de 2000 élèves coachés en 10 ans, au contraire.

A l’inverse, si on parle de rebond, cela peut être intéressant dans certains cas (Plus d’explications)

comment sécher en musculation

Si vous faites un écart en sèche, il va falloir compenser votre écart, c’est à dire manger moins que votre diète l’exige pour ne pas que cet excès se paie par une « non-perte » lors de la pesée de la semaine (si vous vous pesez une fois par semaine pour suivre l’évolution de votre poids comme je le conseille à mes élèves) et avoir fait une semaine d’effort pour rien.

Il est, pour moi, impossible en dehors des coachings que je propose, car je ne sais pas comment vous mangez de vous dire comment compenser avec exactitude. Je vous conseille néanmoins de réduire les glucides, c’est à dire les légumineuses, céréales, féculents… pendant plusieurs jours de suite (2 voir 3 jours) afin de compenser votre écart et de pouvoir continuer votre sèche ni vu, ni connu si on peut dire.

Enfin, faire un écart du style « massacre » voir « boucherie » et le compenser en sèche est évidemment l’une des meilleures façons de complètement déréglé son métabolisme et de perdre plus de muscle que prévu. Attention donc à ne pas faire n’importe quoi.

3 – Alimentation en musculation : Combien d’écart pouvons-nous faire par semaine ?

Alimentation en musculation
Alimentation en musculation : 1, 2 ou 3 écarts par semaine ?

Si vous suivez une alimentation de sèche en musculation, la question ne se pose donc pas. En prise de masse, j’ai pu déterminer avec le temps que faire un écart par semaine permettait de passer inaperçu et n’entravait pas les progrès, ni ne faisait prendre du gras.

J’ose dire qu’au delà d’un écart par semaine, la diète devient ingérable et il vous sera impossible de suivre avec exactitude vos progrès sur la balance car il faut en moyenne 3 jours pour effacer un écart sur la balance. A deux écarts par semaine, on est donc tout juste et cela ne passe pas en général. Vous ferez donc anormalement du gras et dans ce cas, pour ne pas prendre ce gras, il faudra compenser la diète pour comme en sèche ce qui ralentira vos progrès.

Si cela est fait pour la semaine de Noel ou du Jour de l’an, ce n’est pas très grave. Il faut encore une fois savoir relativiser. L’important est de faire du mieux qu’on peut et cela la plupart du temps mais si nous ne pouvons pas faire autrement à un moment, nous ne devons pas « déprimer » pour autant. Cela se rattrapera avec le temps, en compensant, ni vu, ni connu. Ce n’est pas « grave » de perdre une ou deux semaines de « progrès » car la musculation est une activité sportive qui donne surtout des résultats sur le moyen et long terme.

En temps normal, par contre, à plus de deux écarts par semaine, cela devient n’importe quoi et il sera alors important de revoir votre diète si vous craquez sur des aliments qui n’y sont pas et/ou de revoir, refaire le point sur vos objectifs pour déterminer ce que vous désirez vraiment.

L’important quand on fait un écart est de bien prendre conscience que cela doit nous faire plaisir. Un écart, ce n’est pas aller au Mc Do manger 10 hamburgers, ca, c’est un massacre, voir une « tentative de suicide » et je vous le déconseille.

C’est, par exemple, passé un bon moment entre amis, convivial autour d’un repas qui vous fait plaisir à déguster, où vous allez vous régaler et passer un agréable moment.

Rappelez-vous, chaque excès dans notre vie, que ce soit ici dans le milieu de la musculation ou autre, se paie à un moment ou un autre, et même si vous croyez cela fun sur le moment, cela ne le sera pas plus tard. Faites attention à votre santé, faites les choses biens, faites-vous plaisir de manière raisonnable si cela veut dire pour vous manger une pizza ou une raclette.

En espérant que cet article vous ai aidé à y voir plus clair.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’entrainement et l’alimentation à adopter en tant que pratiquant naturel, je vous invite à poursuivre votre lecture ici.

rudy

A propos de Rudy

Rudy pratique la musculation sans produits dopants depuis plus de 13 ans et coach des centaines d'élèves chaque année. Il est aussi le fondateur des sites Superphysique.org, ClubSuperPhysique.org, Supermince.org et rudycoia.com.